Départ de la crèche pour l'école

La valse de l’été / Pro

Voilà de nouveau arrivée la fin d’une année de crèche : on trie les jeux, on range, on bouge les meubles, on ré aménage un peu l’espace…. Bref, on anticipe la prochaine « rentrée » de septembre, les adaptations de fin août, les ré accueils des grands prêts à partir à l’école puis le vrai départ. Un sacré remue-ménage pour vous professionnels, qui demande une ré adaptation permanente. Des départs à gérer et des au-revoir, des arrivées et des accueils à la hauteur, une disponibilité de tous les instants !

Premiers départs

Et voilà, trois ans de crèche terminés, c’est déjà le moment du départ. Le mois de juillet annonce son premier lot de petits vacanciers prêts à partir profiter des joies de la mer.

Des enfants qui ne reviendront pas à la crèche et partiront ensuite à l’école pour vivre de nouvelles choses. Mais alors, comment on gère le départ de ces enfants ? Que fait-on de leurs affaires ? Que fait-on des photos, des souvenirs ? Doit-on garder une trace du passage de l’enfant dans la crèche ?

Ne pas parler trop tôt du départ

Il va de soi que nous n’allons pas lui parler de son départ pendant une semaine, la notion du temps chez l’enfant n’étant pas la même que chez l’adulte. Cependant, il faut souvent adoucir un peu le discours des parents, qui peuvent avoir tendance à répéter le matin «bientôt, tu ne viendras plus à la crèche, hein, profite… ». La vigilance s’impose, observez le comportement de l’enfant pour voir ses réactions et assouplissez un peu le discours. Mettez en avant auprès des parents, le fait que c’est encore long pour l’enfant et qu’il n’est pas en capacité de se projeter comme un adulte. De plus, ces répétitions peuvent générer des angoisses chez le jeune enfant, l’école restant un terrain inconnu pour la plupart.

Les deux jours avant le départ

De ce fait, deux jours avant le départ, vous pouvez échanger avec l’enfant s’il vous pose des questions. Lui expliquer comment va se passer l’école (le rassurer) lui nommer qu’il pourra garder son doudou pour la sieste, qu’il y aura une classe avec une maîtresse/un maitre et une Atsem…

Une description claire et simple, va permettre à l’enfant de se projeter en douceur dans cet environnement méconnu et comprendre qu’il y a quelques similitudes avec la crèche qu’il maîtrise déjà. Plus vous allez partager des bons souvenirs de la crèche, de la joie autour de ses souvenirs, plus vous apaiserez d’éventuelles angoisses de l’enfant.

Le dernier jour avant le départ de l’enfant, profitez-en pour faire le tour de la crèche et lui permettre de ranger ses affaires avec vous.

Étant acteur de son départ, il sera plus aisé pour lui de l’intégrer. Défaire son lit, enlever ses étiquettes, les photos, préparer les dessins ou peintures qu’il veut emmener, mettre le « souvenir » de la crèche dans le casier (s’il y en a un).

Que fait-on de la photo de l’enfant ?

Certaines crèches gardent une photo de l’enfant qui part, affichée sur un mur.

Pourquoi pas, mais attention de bien réfléchir au but recherché. Est-ce parce qu’il est important de garder un souvenir des enfants qui partent ? Parce que c’est intéressant d’avoir tous les enfants accueillis, comme une rétrospective ? Est-ce pour échanger avec les enfants qui restent ? Pour permettre à l’enfant partant d’identifier clairement son départ ? Est-ce fait uniquement pour les départs à l’école ou pour tous ? Quelques pistes si vous souhaitez mettre en place un système de photo souvenir.

D’une part, il est intéressant que ce soit l’enfant lui-même qui mette sa photo à l’endroit prévu, représentant les départs, ceci afin qu’il intègre son départ de la crèche. D’autre part, cela peut permettre aux adultes de rappeler aux enfants qui cherchent l’enfant parti, que si sa photo est à cet endroit, c’est qu’il ne reviendra pas à la crèche.

Une transition « d’au revoir »

On peut décemment penser qu’il est important de gérer le départ d’un enfant comme une mini adaptation. Dans le sens, où nous prenons le temps particulièrement avec cet enfant de lui transmettre des choses, d’enlever ses affaires, et de lui dire au revoir. Un échange avec les autres enfants sur le temps chansons ou sur le temps des histoires pour que tout le monde puisse dire au revoir, y compris les autres enfants.

Cette transition « d’au revoir » pour accompagner l’enfant vers d’autres horizons doit avoir lieu pour tous, pas seulement pour les départs à l’école ; un déménagement, un changement de mode de garde…..

Et avec les parents ?

Ces au-revoir peuvent être quelques fois plus complexes que prévu. La relation de confiance tissée avec les parents permet d’avoir un lien plus proche et un peu particulier qui vous permet d’accompagner au mieux les enfants. Ce lien peut venir vous mettre à mal lors des départs. En effet, il n’est pas chose aisée de se séparer d’enfants et de parents que vous avez suivis pour certains durant trois longues années… Sans nier vos ressentis, il vous faut gérer tout cela.

Échanger avec les parents, accompagner le départ, « Ouvrir les portes » en leur proposant de revenir pour échanger sur le début de l’année scolaire, indiquer leur que cela fera plaisir à tout le monde de les revoir, de savoir comment cela se passe à l’école…

Votre rôle est également d’accompagner les émotions des parents qui peuvent déborder des fois, un parent qui pleure cela arrive fréquemment. Prévoyez une petite boite de mouchoirs, avec bienveillance, poser des mots sur cette nouvelle étape qui arrive. Ce n’est pas toujours simple pour les parents de passer de l’étape de la crèche à l’école. Voir son enfant grandir, c’est aussi pour eux accepter de se voir vieillir. Soyez rempli de bienveillance et de compréhension, pour accompagner cette nouvelle étape.

Cas particuliers :

Penchons-nous maintenant sur nos cas particuliers 😉, vous savez les grands qui partent en vacances, mais qui reviennent la dernière ou les deux dernières semaines d’août avant d’aller à l’école. Comment leur garder une vraie place alors qu’ils sont sur le départ ?
Comme les ré accueillir après trois ou quatre semaines de vacances ? Comment créer un environnement intéressant pour ces grands en âge d’aller à l’école ?

Tout d’abord au moment du ré accueil de l’enfant, il est évident qu’il faut aller à la pêche aux infos. Les vacances se sont écoulées, l’enfant a grandi, (si, si, un peu !), et des changements peuvent être apparus (découvertes alimentaires, passage sur le pot, acquisitions motrices, expériences nouvelles…).
Glaner ces informations vous permettra de mieux ré ajuster votre accueil au quotidien. N’hésitez pas à lui dire que vous êtes content de le retrouver, vous lui montrez alors qu’il est le bienvenu. On pense à remettre son casier en place, préparer son lit, les étiquettes, les photos….
Si vous avez opté pour un ré aménagement de l’espace pendant les vacances des enfants, pensez bien à les accompagner dans cette re découverte du lieu. Préparez un espace particulier pour les grands, avec des jeux plus complexes à disposition dont ils peuvent se servir seul. Un espace autonome autant que possible. Car en cette même période, vous allez aussi débuter les nouvelles adaptations !

Les petits nouveaux

Qui dit « départs » dit « arrivées », hé oui ! C’est parti pour une vague de nouvelles adaptations, on prépare les casiers, les étiquettes, les nouveaux lits….

Évidemment, on prépare tout avant l’arrivée de l’enfant afin que la famille se sente réellement accueillie. La préparation en amont fait partie intégrante de la période d’adaptation. Mais alors comment faire de la place aux nouveaux arrivants tout en continuant l’accueil des grands ? Comment garder à l’esprit les uns et les autres et maîtriser les enjeux pour tous ? Pas simple.

Ces nouvelles adaptations prennent du temps et de l’énergie, elle demande une disponibilité psychique importante. Ces premiers temps passés avec l’enfant et son/ses parents sont cruciaux pour le reste de la relation que vous allez vivre ensemble. Vous posez là les jalons d’une relation de confiance primordiale pour accueillir sereinement l’enfant dans une co-éducation constante.

Petite attention particulière avec les nouveaux arrivants et les anciens, soyez vigilants autant que possible à ne pas changer un grand de place pour la donner à un petit tant qu’il est encore présent. Laissez-lui la possibilité de retrouver son lit, son espace à lui, son repère d’avant les vacances. On ne fait pas l’accueil des nouveaux au détriment des anciens, ils ne sont pas encore partis. En ce qui concerne les adaptations, on pense à bien échanger les informations en équipe afin que tout le monde soit au diapason. Montrer aux parents votre cohérence d’action et de connaissance de l’enfant est primordial pour installer une véritable relation de confiance.

Les réunions d’équipe sont primordiales lors de ces semaines estivales afin d’échanger toutes les informations bonnes à l’accueil ou au ré accueil des enfants. Vous devez faire preuve de souplesse et d’adaptation constante. Petit plus, pourquoi ne pas dédier un professionnel qui s’occupe plus particulièrement des grands de retour de vacances ? Un peu comme une réadaptation ?

Les autrices sont Éducatrices de Jeunes Enfants.

Kathleen Fauret est référente pédagogique dans le réseau de micro-crèches Les p’tits Babadins. Audrey Bouté est coordinatrice pédagogique.

Cet article est un travail à quatre mains, rédaction par Kathleen, relecture et nouveaux apports d’Audrey, il reflète la pédagogie qu’elles mettent en place chez Les p’tits Babadins.

Tags: No tags

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *