Préparer les vacances avec bébé

La période estivale

Le soleil pointe le bout de son nez, les jours s’allongent, on fait du tri dans les placards, on profite du jardin ; ça sent bon les vacances ! Tout est bouclé : la destination est réservée, les valises sont prêtes, c’est parti pour les vacances avec les enfants… Allier les vacances et les besoins de chacun n’est pas toujours chose aisée. Les enfants aiment particulièrement découvrir de nouvelles choses et expérimenter avec vous, vous allez pouvoir sortir de votre routine quotidienne en famille. Toutes ces nouvelles découvertes cumulées au changement de rythme peuvent déstabiliser un peu votre enfant. Voilà pourquoi, il est préférable d’adapter les vacances autant que possible à votre vie de famille.

Anticiper

Être parent au quotidien, c’est un minimum d’organisation pour ne pas être débordé, vous le savez bien. En vacances, c’est pareil. Pour profiter vraiment, prenez le temps de préparer des choses en amont. Sans tout planifier de A à Z, il y a certains incontournables qui pourrait vous alléger la vie.

Premièrement : vous pouvez faire une liste de tout ce que vous devez emmener, que vous rayez au fur et à mesure que vous remplissez la valise. De la même façon si vous prenez une location, une liste de courses déjà prête peut alléger votre arrivée, vous n’aurez alors plus qu’à courir au magasin de coin pour faire les petites courses, et hop n’en parlons plus.

Deuxièmement : pourquoi ne pas faire les valises 1 à 2 semaines avant le départ pour être sûr d’emmener les vêtements que l’on souhaite. Cela peut vous laisser le temps de faire les machines de linge tranquillement.

Troisièmement : on peut profiter d’acheter le minimum vital pour partir sereinement avec un enfant : des couches, des lingettes, de l’eau, quelques repas, éventuellement du lait.

Quatrièmement : on peut se faciliter la vie en préparant le trajet. Repérez les lieux pratiques pour faire des pauses sur le chemin, ceux ayant une aire de jeux pour la pause du repas afin d’occuper les enfants et de détendre tout le monde.

Cinquièmement : vous pouvez, en amont, vous renseignez sur votre destination et repérez les principales activités sur place qui pourraient plaire à votre famille. Cela vous offrira la possibilité d’acheter les billets en ligne et ainsi d’éviter les files d’attente et l’impatience qui va avec 😉.

Babatruc :

  • On s’organise, on liste, on coche comme ça on n’oublie rien 😉
  • On anticipe, le trajet, les pause repas, les files d’attentes…bref tout ce qui joue sur notre patience

Se détendre

Soyons clair, avec les enfants, ce n’est pas le plus évident, et pourtant…. C’est bien une des choses les plus importantes ! Le principal atout des vacances est de nous sortir de la routine du quotidien. On ralentit la cadence et on décroche de nos habitudes pour profiter tous ensemble. On s’offre des petits plaisirs et on prend le temps.

De fait, vous allez être plus souples sur les horaires, que ce soit ceux du soir, parce que vous avez fait une promenade nocturne ou ceux du matin pour profiter d’une grasse matinée. C’est là où cela commence à se compliquer, en effet le tout petit peut réagir assez vivement aux changements de rythme, surtout celui du sommeil. Il a besoin d’un rythme stable afin d’être serein.

Privilégiez autant que possible le sommeil de votre tout petit et adaptez vos activités et sorties en fonction de ce dernier. La sieste, moment clef de la journée pour les jeunes enfants peut se faire en voiture ou en poussette si votre enfant s’y adapte, profitez-en.

N’hésitez pas à l’endormir vous-même (bercement ou bras) s’il en a besoin : demander à votre enfant de s’endormir seul à la maison est une chose, mais dans un environnement inconnu s’en est une autre.

Concernant les repas, il en va de même. Essayez au maximum de garder le rythme habituel, avec une petite marge de trente minutes de décalage. L’avantage avec un tout petit, c’est qu’il peut manger quasiment partout. Il suffit d’avoir de quoi le faire manger dans le sac à langer ; et la poussette ou le siège auto peuvent servir de coin repas. Pour plus de liberté, optez pour les petits pots ou les assiettes toutes prêtes. Cela vous permet d’en avoir un ou deux d’avance dans le sac au cas où vous souhaiteriez aller dans un bon petit restaurant à l’improviste 😉.

À chacun ses besoins

Le plus gros challenge va être de faire cohabiter les besoins de chacun. Les vacances en famille ce ne sont plus exactement les vacances d’avant… Il s’agit de faire des concessions et des compromis pour que chacun y trouve son bonheur. Des visites culturelles, pourquoi pas, mais si vous privilégiez les visites sans guide, vous serez alors plus libre de vos mouvements et plus disponible pour vos enfants. Pensez à faire des pauses pendant la visite, histoire de l’agrémenter joliment, avec un petit goûter ou un pique-nique qui raviront petits et grands. Privilégiez les sites culturels qui proposent des animations pour enfants : vous pourrez alors joindre l’utile à l’agréable. Vérifiez l’accessibilité du site en poussette avant d’y aller, sinon optez pour un mode de portage : écharpe ou porte bébé.

Adeptes des randonnées, ne vous en privez pas, allégez seulement le temps de marche pour ne pas épuiser tout le monde. Investissez dans un porte-bébé spécial randonnée afin de protéger votre dos. Penser aussi à faire des sorties dédiées aux enfants pour qu’ils en profitent vraiment. Ce ne sont pas des endroits que vous auriez privilégiés avant, mais là, vous allez pouvoir leur offrir un véritable moment de bonheur ! Profitez-en également pour partager avec eux des activités qui vous plaisent, même s’ils ne sont pas en capacité de les pratiquer réellement de suite, vous semez des petites graines d’envie et de curiosité pour plus tard.

Les vacances sont le meilleur moment pour renforcer les liens familiaux et s’accorder de véritables moments de complicité. Faire des activités ensemble, partager des découvertes, éprouver les mêmes sensations, autant de choses qui renforceront le sentiment d’appartenance à un « clan ». Vous créez des souvenirs communs et cela n’a pas de prix !

Soyez vigilants à ne pas trop surcharger le planning des vacances. Il est essentiel de se garder des moments de détente, de ballade sur la plage, en forêt, sur les marchés, passer un après-midi à la plage ou à la piscine….bref des petits moments « off » pour varier les plaisirs et se détendre.

Votre enfant peut faire de nombreuses découvertes pendant les vacances grâce à vous. Les premiers pas sur le sable, mettre les pieds dans l’eau, les premiers manèges, les premiers spectacles nocturnes, les feux d’artifice…. Ces derniers peuvent être trop bruyants pour les enfants, leurs oreilles fragiles ne supportant pas de forts décibels, vous pouvez opter pour un casque anti-bruit. Expliquez à votre enfant ce qu’il se passe, nommez les sensations qu’il peut ressentir. Vous l’aiderez ainsi à comprendre le monde qui l’entoure et éviterez d’éventuelles petites angoisses. Cependant, si vous voyez que votre enfant pleure quand il met les pieds dans l’eau par exemple, n’insistez pas, vous lui proposerez une prochaine fois. Ce n’est que partie remise 😉.

Babatruc :

On se détend, on octroie des moments pour chacun ! Vous y compris.

Le sac sauveur

Sans en arriver au sac de Mary Poppins, je vous propose d’assurer vos arrières, afin de passer des vacances en toute tranquillité. Pensez à mettre dans votre sac une petite trousse avec : du désinfectant, des compresses, des pansements, du Doliprane et du sérum physiologique. Glissez-y également des petits cahiers ainsi que des crayons de couleur et/ou des gommettes, cela pourra vous être utile au restaurant ou dans les files d’attente. Vous pouvez emmener aussi des petits jeux de cartes ou des cartes imagiers qui vous permettront d’occuper votre enfant sans difficultés. Les comptines peuvent aussi être un bon allié, faites une playlist sur une clef usb. Vous pouvez également en imprimer quelques-unes et vous faire un petit livret pour les vacances. N’oubliez pas les petits livres, légers et faciles à emporter partout, les enfants aiment beaucoup.

Babatruc :

On emmène partout le sac sauveur au cas où….

Déconnecter

À l’ère du tout numérique, il n’est pas chose aisée que de déconnecter et pourtant quel bénéfice important cela amène. En vacances, on essaye de lâcher le téléphone, on désactive les notifications, on laisse l’ordinateur fermé (de préférence, on ne l’emmène même pas.) et on n’allume pas la télé. À quoi ça sert ? À profiter pleinement des vacances, à se recentrer sur soi et sur les autres, à se délasser physiquement, mais aussi et surtout psychologiquement ! Plutôt que de rêver vos vacances au travers des différentes publications, vivez-les vraiment, vous verrez il n’y rien de plus important. Soyez 100 % disponible à vous, à l’autre et non aux objets numériques.

Les longues soirées d’été permettent de prolonger ces belles journées. Vous pouvez opter pour des jeux de sociétés en famille, peut-être un repas entre amis ou une soirée lecture. Profitez de vos soirées ! L’avantage avec les jeunes enfants, c’est qu’ils se couchent tôt. De fait, vous avez la soirée devant vous.

Babatruc :

On lâche les écrans pour être en relation avec ses proches.

La famille au sens élargie

Les vacances sont souvent l’occasion de retrouver les grands-parents, les tontons, tatas, parrains, marraines et j’en passe.

Ces moments de retrouvailles, essentiels à notre vie d’adulte, peuvent se révéler plus périlleux que vous ne l’auriez imaginé. Entre les conseils de votre maman, les remarques de votre papa, la tata qui veut absolument prendre votre enfant dans ses bras pour le calmer parce qu’elle sait faire, le tonton qui joue avec votre plus grand à la bagarre.

Vos proches sont remplis de bonnes intentions même si elles ne correspondent pas forcément à vos convictions. Vous pouvez très vite vous retrouver face à des situations que vous n’appréciez guère avec des personnes que vous aimez beaucoup. Dilemme ! Que faire ? Vous ne dites rien et prenez sur vous ou vous expliquez gentiment ce qui ne vous plaît pas ? La deuxième solution, de loin la moins évidente, est pourtant la meilleure. Il est essentiel, lors de retrouvailles familiales où vous vous retrouvez confronté à ce genre de choses, de défendre vos idées, vos convictions et vos valeurs éducatives. C’est de vos enfants qu’il s’agit, il n’y a pas meilleur connaisseur de vos enfants que vous ! Ne vous laissez pas dicter votre conduite, prenez les conseils s’ils vous paraissent judicieux, mais armez-vous de votre bouclier protecteur de « super parents » 😉.

Les proches veulent souvent profiter de votre présence pour prendre votre enfant dans leurs bras : soyez attentif, si vous voyez que votre enfant n’est pas prêt ou ne souhaite pas être pris dans les bras, nommer le. Expliquer qu’il lui faut un peu de temps, mais que la prochaine fois, il tendra les bras tout seul pour venir. Il ne doit pas être contraint au désir d’un adulte qu’il ne connaît que très peu.

Vous voulez confier votre enfant pour prendre un peu de temps pour vous ? Bonne idée. Par contre, évitez de le faire dès le premier jour où vous arrivez chez les grands-parents. Laissez le temps à l’enfant de s’acclimater aux personnes et à la maison. Ensuite vous pourrez sereinement, laisser votre enfant en garde pour profiter. Petit conseil : ne partez pas trop loin quand même et restez joignable. Surtout dites bien à votre enfant que vous partez, ne culpabilisez pas, vous avez le droit de prendre du temps pour vous ; c’est même essentiel !

Babatruc :

La famille oui, mais pas à n’importe quel prix 😉.

Ne pas idéaliser

Les vacances estivales tant attendues toute l’année se déroulent rarement tout comme nous l’aurions voulu ou imaginé. Savourez les instants présents comme ils se présentent, laissez de côté les engueulades pendant les embouteillages. Votre location est défraîchie ? Tant pis vous passerez de toute façon plus de temps dehors que dedans ! Il pleut ? Aucun problème, on privilégie les visites à l’abri, et pour les plus téméraires, on joue sous la pluie avec les enfants, ils adorent ça ! Certes, il peut y avoir des couacs en vacances, mais il faut garder à l’esprit la chance de partager des moments ensemble.

Votre enfant part à l’école en septembre et il est toujours en couches ? Vous vous dites que les vacances d’été sont le meilleur moment pour lui enlever…. Peut-être que oui, peut-être que non ! N’hésitez pas à demander à l’équipe de la micro-crèche ce qu’elle en pense, elle est à même de vous guider par le biais de ces observations. Si votre enfant est prêt pas de soucis, en effet ce sera alors le meilleur moment. S’il ne l’est pas, pas la peine de le forcer. Un enfant peut acquérir la continence active en une semaine, même voir en quelques jours seulement. Si vous insistez sur le fait qu’il ne doit pas avoir de couche pour aller à l’école, il se peut très bien que votre enfant garde sa couche jusqu’au jour de l’entrée à l’école. Il aura alors bien intégré ce que vous lui avez dit 😉.

Babatruc :

On essaye de ne pas idéaliser les vacances, mais de vivre l’instant présent.

Le retour

Le rythme des vacances a quelque peu chamboulé les habitudes de votre enfant et c’est bien logique. Le retour à la normale s’organise, à vous de le cadrer pour le subir le moins possible. Vous voilà de retour à la maison, on remet les affaires à leurs places et on ré investit notre espace, il en va de même pour votre enfant qui sera ravi de retrouver son lit !

Afin que ce retour se passe bien, il vaut mieux ne pas rentrer le dimanche pour reprendre le lundi… Oui, je sais, on aimerait en profiter jusqu’au bout, mais plus dure sera la chute. Rentrez au moins deux-trois jours avant la reprise du travail et du quotidien de la crèche ou du centre de loisirs. Ne prévoyez pas de sorties ni de repas festifs, du calme, du repos pour reprendre ses marques. C’est comme cela que votre enfant le vivra le mieux. Attachez-vous à reprendre les horaires classiques dès votre retour pour les repas, les siestes et les nuits. Si votre enfant vous sollicite pour l’accompagner au sommeil, faites-le quelques jours encore. S’il avait l’habitude de s’endormir seul chez vous avant, il va la retrouver, pas de panique. Laissez-lui juste un peu de temps.

Pour les enfants qui font leurs premières rentrées scolaires en septembre, mais qui retournent à la crèche fin août, avant d’intégrer l’école, attention de ne pas tout mélanger. Ne parlez pas trop de l’école, expliquez lui qu’il retourne à la crèche, que de nouveaux enfants vont arriver et qu’il sera dans les plus grands. Ré informez le du rythme qui reprend : on se lève, on petit-déjeune, je t’emmène à la crèche, moi, je vais au travail, toi, tu joues à la crèche, tu vas manger et dormir, ensuite, je reviens te chercher…. Etc. Cela va rassurer votre enfant, il va retrouver ses repères sécurisant d’avant les vacances. Deux jours avant la fin de la crèche, vous pourrez alors expliquer à votre enfant qu’il va bientôt quitter la crèche. Qu’il va pouvoir dire au revoir aux enfants et aux professionnels, et qu’il va aller à l’école. Préparez avec lui son petit cartable en mettant un doudou dedans, et une tétine s’il en a besoin. Le maître-mot est la patience, chaque chose en son temps, car votre enfant n’a justement aucune conscience de la notion de temps ! Vous pouvez opter pour un petit calendrier linéaire afin d’aider votre enfant à se repérer dans la journée.

Babatruc :

On prépare le retour à la vie « réelle » véritablement.

Les autrices sont Éducatrices de Jeunes Enfants.

Kathleen Fauret est référente pédagogique dans le réseau de micro-crèches Les p’tits Babadins. Audrey Bouté est coordinatrice pédagogique.

Cet article est un travail à quatre mains, rédaction par Kathleen, relecture et nouveaux apports d’Audrey, il reflète la pédagogie qu’elles mettent en place chez Les p’tits Babadins.

Tags: No tags

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *