Cute little toddler girl sleeping in bed with favourite soft plush toy lama. Adorable baby child dreaming, healthy sleep of children by day

Repères, rituels et notion de temps

Le temps, notion abstraite pour les enfants,et bien complexe à intégrer, peut les mettre en difficulté à certains moments. Afin de pallier les micro-séparations et aux éventuelles angoisses, nous allons étayer les notions de repères et de rituels pour accompagner au mieux les enfants.

Ok, mais alors, c’est quoi exactement un repère ?

Un repère désigne un objet, un endroit ou une personne qui va permettre de s’orienter, se retrouver.

Le premier repère pour l’enfant, ce sont ses parents, c’est vous qui l’aidez à se sentir en sécurité dès les prémices de sa vie. La manière dont vous lui parler, chanter, le toucher, le regarder…. Tout cela va s’inscrire dans son être tout entier. Les repères suivants viendront s’installer autour de cette relation affective. 

Les repères permettent de revenir constamment à quelque chose de stable et fiable. Cependant, ces derniers se trouveront bouleversés par des étapes du développement de votre enfant qui déstabiliseront ces repères, et le pousseront à en ré inventer de nouveaux.

Votre enfant va traverser quatre grandes étapes maturatives dans son développement : la naissance, l’angoisse du 8e mois, la phase d’opposition entre 18 mois et 3 ans environ, et à l’adolescence.

À chaque étape de son développement, va s’opérer chez votre enfant un profond remaniement intérieur. À sa naissance, il perd les repères sensoriels acquis dans le ventre de sa mère et va devoir s’adapter à un nouveau monde ; vers 8 mois, il prend conscience qu’il est un être distinct de sa mère ; entre 18 mois et 3 ans, il a besoin de s’affirmer en tant qu’individu à part entière et vous dire « non », c’est ce processus qui va le rendre plus autonome.

Votre enfant a besoin d’apprendre à se situer dans l’espace pour maîtriser son environnement. Que ce soit à la maison ou à la crèche, il va peu à peu identifier les espaces dans lesquels il va pouvoir jouer, dormir, manger, être changé… De préférence, les jeux doivent être rangés au même endroit pour faire perdurer un sentiment de sécurité. Épurez les jeux à disposition et changez régulièrement si vous le souhaitez, mais ne surchargez pas la chambre, cela serait trop stimulant pour votre enfant. Quand vous souhaitez réaménager l’espace, faites-le de préférence en présence de votre enfant, cela sera moins perturbant pour lui. De la même manière, n’hésitez pas à laisser à disposition de votre bébé qui reste sur un tapis au sol, un petit panier de jeux toujours identiques.

Baba’truc :

  • Informez-le de votre départ : même si c’est dur pour vous, cela le sécurise.
  • Organisez sa chambre : il prendra plaisir à y aller.
  • Rangez les jeux toujours au même endroit : il saura où chercher celui dont il a envie.
  • Ne changez pas les objets de place trop souvent : il serait perdu dans ses recherches.
  • Changez les meubles de place en sa présence : faites-le participer si possible.

Et les rituels, c’est quoi alors ?

Les rituels sont une façon d’organiser la journée avec des habitudes de vie répétées. La première mission du rituel est de rassurer votre enfant. Son autre fonction est de lui donner des points de repère. De manière générale, les rituels organisent la journée en une succession d’événements connus et récurrents. Ils participent à la construction des représentations temporelles puisque votre enfant n’a pas encore la notion de temps. Plus son quotidien sera prévisible, plus votre enfant se sentira en sécurité.

Concernant les routines, il est conseillé de parler à votre enfant afin de lui expliquer leur raison et leur utilité dès 9-12 mois. Par exemple, « on enlève ses chaussures quand on rentre dans la maison pour qu’elle reste propre » ou « on se lave tous les jours pour sentir bon et ne pas être sale ». L’accompagnement verbal a toute son importance dans la compréhension des choses imposées par l’adulte. Les rituels, s’ils sont maintenus et répétitifs, deviendront un véritable atout dans votre quotidien familial. Ceux-ci vont être vite intégrés par votre enfant, par contre attention si vous ne respectez pas le rituel ! Vous risquez de déclencher une vague d’incompréhension de la part de votre enfant (colère, pleurs, cris…).

Et le fameux rituel du coucher, quel bonheur ! Dès la naissance, n’hésitez pas à ritualiser cette séparation par le biais d’une petite chanson, d’un câlin, de quelques petits mots ; bref simplement ce qu’il vous fait plaisir de partager avec votre bébé. Ce temps ritualisé va évoluer avec votre bébé grandissant, et vous trouverez avec lui vos propres rituels. Ce sera souvent l’occasion de raconter une histoire, de chanter une chanson ou encore de raconter sa journée, de faire 2 bisous, 3 câlins…. Peu importe ce que vous mettrez en place, l’important, c’est de vous y tenir. Le rituel du coucher est une étape qui va favoriser l’endormissement de votre enfant, cela va lui permettre psychologiquement de se préparer à se séparer de vous pour la nuit.

Baba’truc :

  • Ritualisez autant que possible les moments de séparations et de retrouvailles : il vivra mieux ce moment.
  • Gardez bien en tête qu’un rituel doit être maintenu dans le temps : il perd sinon son action positive auprès de l’enfant.
  • Il doit être récurrent et ne pas trop changer : l’enfant s’appuie sur ce qu’il connaît pour se rassurer.

Et le temps dans tout ça ?

Chez le bébé, le rythme des tétées est la première inscription dans le temps. Le corps lui, est rythmé par l’alternance jour/nuit ou veille/sommeil. Le cerveau totalement immature du nouveau-né ne lui permet pas d’avoir la moindre notion du temps. Quand un bébé pleure et qu’il a besoin de nous, une seconde est une éternité !

Le jeu du caché-coucou, entre 12 et 18 mois, est une des premières occasions pour le tout-petit de jouer avec la temporalité. Le plaisir de partager ce moment avec vous va l’aider à comprendre que vous pouvez partir et surtout revenir.  

Autant que possible, garder un rythme fixe, heure du lever, heure des repas, heure des couchers… Cela aidera votre enfant à avoir un rythme de vie stable. Il se sentira en sécurité et cela lui permettra d’être plus serein et détendu.

La ligne du temps peut vous aider à cela, car elle permet de représenter les moments clés d’une journée et de voir leur succession dans le temps. Pour favoriser la prise de conscience du déroulement des moments de la journée, il est intéressant d’établir « l’emploi du temps » quotidien. Pour cela, vous pouvez créer un calendrier ritualisé avec des pictogrammes ou des photos, ceci afin d’accompagner votre enfant. Cette vision concrète de la journée va faciliter l’intégration des repères temporels. Grâce à cette ligne du temps, votre enfant peut commencer à anticiper certaines choses comme : après avoir lavé mes dents, il faut que je m’habille. Celle-ci peut être utilisée dès 18 mois avec juste 3 ou 4 pictogrammes, puis en introduire de nouveaux en fonction des capacités de votre enfant.

Baba’truc :

  • Expérimentez les jeux de cache-cache et de caché-coucou avec votre enfant.
  • Mettez en place des pictogrammes pour l’aider à se situer dans sa journée et/ou sa semaine.
  • Verbalisez les différents moments de vie.
  • N’oubliez pas que votre temps n’est pas le sien 😉

Les autrices sont Éducatrices de Jeunes Enfants.

Kathleen Fauret est référente pédagogique dans le réseau de micro-crèches Les p’tits Babadins. Audrey Bouté est coordinatrice pédagogique.

Cet article est un travail à quatre mains, rédaction par Kathleen, relecture et nouveaux apports d’Audrey, il reflète la pédagogie qu’elles mettent en place chez Les p’tits Babadins.

Tags: No tags

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *